La Sainte Russlavie 1609

La Sainte Russlavie 1609 est une micronation virtuelle dont le Background est celui de la Russie du XVIIe siècle.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Principauté de Sousdalie

Aller en bas 
AuteurMessage
Ivan Pojarski

avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 05/01/2009
Localisation : Zwiatislaw

MessageSujet: La Principauté de Sousdalie   Jeu 8 Jan - 22:57

La Très Noble et Très Illustre Principauté de Sousdalie




Oyez, oyez, bonnes gens, l’histoire de l’antique et très illustre principauté de Sousdalie.

L’existence de la Principauté est attestée dès le VIIIe siècle. En ces temps là, elle était sous le gouvernement, odieux aux hommes et à Khrestos, des Lithuzaniens païens. Le pauvre peuple souffrait maints et maints tourments sous la coupe des barbares païens. Innombrables étaient leurs sévices !
forcement de femmes mariées, incendies, sacs, etc… Mais Le Très Haut ne voulut poinct que le peuple souffre ainsi :
En l’an 1298, dans Sa Grande Miséricorde, il envoya St-Wolodymir, qui apparut en songe au boiard Pojarski, un homme connu pour sa droiture, sa vertu et sa foi. Obéissant à la parole du Saint, il leva un ost de bons et braves slaves fidèles au Très Haut, et marcha sur la Sousdalie.
Les Lithuzaniens, ignorants du chatîment divin, ne se soumettèrent poinct, et marchèrent avec tant et tant de guerriers que l’horizon en estoit couvert,
et grande peur s’empara du cœur des Russlaves.

C’est alors que le ciel s’ouvrit et que les Trompettes des Cieux retentirent dans la plaine : Les meschants furent emplis d’effroi :
le noble Pojarski leur coura sus, avec cent de ses fidèles, et causa grand carnage chez les barbares,
tuant de sa main plus de cent ennemis, et vingt de leurs chefs.

Les idoles furent abattues, les temples sacrilèges voués aux flammes, le peuple libéré et instruit dans la vraie foi.

Depuis, la Sousdalie est la terre la plus heureuse de Toutes les Russlavies,
communiant dans l’amour des princes de l’illustre Maison Pojarski qui s’y sont succédés, et dans les félicités de la foi cathodoxe-orthodique.

La capitales des princes est la riche et populeuse ville de Borovitchi, enrichie par le commerce avec les nations du Ponant.
Malheureusement, richesse venant, les citadins de Borovitchi sont devenus impies et moqueurs :
c’est pourquoi le Prince Ivan Gyediminovitch préfère résider en son bourg de Zwiatislaw, où de toutes les façons l’air est meilleur.

Les Princes célèbres:

Guireï Khan (Vsevolod II l’Apostat) (1356 – 1379):

En 1356, les Tatars dominent la Russlavie ; les princes leur payent tribut et se prosternent devant le Gran Khan de la Horde d’Or.

L’ambitieux Vsevolod Vsevolodovitch, frère cadet du Prince Ivan, accourt à Saraï, se convertit aux dieux païens des Tatars et épouse la fille du Khan.
Celui-ci lui donne 2 000 cavaliers avec lesquels Vsevolod-Guireï s’empare de la Sousdalie et fait étrangler son frère.
Son règne est une longue suite de débauches, rapines et cruautés en tous genres contre la vraie foi et le bon peuple.
En 1379 ; le vent tourne : les Tatars sont défaits devant Vilny, consacrant le Tzar de Murasibirsk comme le nouvel homme fort du pays.
Vsevolod-Guireï est assassiné par son fils Wolodymir (originellement prénommé Batou) qui retourne au Tzar et à la vraie foi.

Wolodimir II Philopalonios l’ami des palonais ») (1445 – 1487) ;

L’enfance du jeune Wolodimir est une vallée de larmes, n’ayont pas peur des mots. Forcé de supporter les frasques odieux de son oncle, le prince Ivan II,
qui,
sous l’influence délétère de son favori, Georgui Morozilov, fait périr toute sa propre famille, à l’exception du jeune Wolodymir,
soustrait à la cruauté familiale par un moine au bon cœur.
Elevé à la Cour du Palatin Dobrowsky, féal du Roi de Palonie, Wolodimir met à profit le mécontentement populaire pour revenir en Sousdalie,
où entre temps, suite à la mort accidentelle (une chute mortelle dans une baignoire) d’Ivan II, l’insolent Georgui règne seul.
Wolodimir renverse l’usurpateur et recouvre son légitime héritage. Il inaugure un règne riche et prospère pour la principauté.
Il s’appuie sur les Paloniens pour résister aux ambitions centralisatrices de Murasibirsk.
Wolodymir, prince cultivé et lettré (il sait lire et écrire son nom), invite savants et scholars à sa cour brillante.
De surcroît, il parvient à épouser en 1456 la nièce du dernier emperer bytanzin ;
la princesse, promise au Roi de Swède, passant par la Sousdalie, est enlevée et mariée par Wolodymir,
ce qui déclenche la première guerre Swedo-russlave et fait passer la Sousdalie sous la vassalité des Tsars de Murasibirsk.

Une carte de la Principauté:




Dernière édition par Ivan Pojarski le Ven 9 Jan - 20:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ivan Pojarski

avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 05/01/2009
Localisation : Zwiatislaw

MessageSujet: Re: La Principauté de Sousdalie   Ven 9 Jan - 20:31

De l’antique et glorieuse origine des Pojarski

Comme cela a été prouvé par l’érudit père Prokop, que les Pojarski hébergèrent pendant vingt ans dans une cellule de Zwiatislaw, afin qu’il puisse travailler à l’histoire des Pojarski dans les meilleures conditions (au pain sec et à l’eau), l’illustre et antique race des Pojarski descend en ligne directe de Piotr,
le frère rival et assassiné de Mura, fondateur légendaire de Murasibirsk, il y a de cela 1609 ans. Selon les textes découverts par Prokop,
Piotr, qui était en réalité l’ ainé, et donc le rex Scythorum légitime, avait eu un fils, nommé Pocha.
Alors que Mura pleurait et regrettait le geste odieux qu’il avait commis, quelques sbires malicieux voulurent occir également Pocha,
afin que nul ne subsiste du sang de Piotr.

Le jeune Pocha fut soustrait à ses assassins par un ours, qui l’enleva et le conduisit au-delà de la Wolga,
en une terre où il serait en sécurité, terre connue aujourd’hui sous le nom de Sousdalie.
Là, le jeune Pocha fut élevé par l’ours, allant nu et grognant comme une bête.
Il n’y pas d’autre cause au caractère brave et fort des princes Pojarski : leur sang a gardé la trace de la vie de fauve.

D’autres érudits soutiennent au contraire que Pocha serait le fils de Proussla, lui-même fils de l’empereur morain Guste,
qui partagea le monde entre ses fils, allouant à Proussla le pays de la Wolga.

Qu’il nous suffise de dire que cette thèse est également vraie : tout ce qui peut favoriser la grandeur de la Maison de Pocha doit être favorisé et encouragé.
D’ici peu, l’on procédera à un concile d’érudits dans les caves de Zwiatislaw afin que tous ces braves scholars se mettent d’accord,
grâce aux arguments subtils (et contondants) du Prince Ivan Gyediminovitch.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ivan Pojarski

avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 05/01/2009
Localisation : Zwiatislaw

MessageSujet: Re: La Principauté de Sousdalie   Dim 11 Jan - 19:57

Le plus grand ennemi des anciennes lignées n’est ni la guerre, ni la révolution, mais leur propre sang,
alourdi et empoisonné par une gloire trop antique et le souvenir d’une grandeur enfuie à jamais.

A cette époque, la maison des Pojarski n’était pas encore victime de cette fièvre inéluctable qui frappe toutes les familles d’antique noblesse, excepté peut-être celles qui se renient dans une salutaire amnésie.

En ces temps là, les Pojarskides brillaient encore d’un souffle puissant : ils faisaient entendre leur nom au Monde avec fracas,
et on retrouvait en Ivan Gyediminovitch quelque chose de l’Ours mythique de ses origines.

Il allait comme un fauve, voyant toutes choses comme des proies à sa merci ; pouvoir, honneurs, richesses :
rien ne devait échapper aux appétits carnassiers d’Ivan Gyediminovitch.

Il avait les yeux couverts d’une flamme rouge, comme chez les vieux buveurs. Son regard exprimait une vieille ruse, animale et presque pateline.
Un fond de sagacité terre à terre, souvent aveuglé par le perpétuel emportement de son esprit.
Il manifestait au plus haut degré cette haine, typiquement russlave, de toute retenue contre les emportements de l’âme. Perpetuellement en quête de quelque délassement, il épuisait ses énergies dans de formidables bacchanales ; d’innombrables nuits de stupeur ; la débauche la plus grossière.
Ivan Gyediminovitch frayait avec la canaille la plus vile, et troussait force femmes de petite vertu, sans distinction d’état ou de grâce.
Empreint d’une obscure superstition plus que de religiosité, il avait cette habitude, comme nombre de ses compatriotes,
de commettre les plus basses vilainies pour ensuite s’en repentir aux larmes devant l’autel. On le disait proche de la secte des Khlysty,
qui, sous couvert de glorifier Khrestos, se commettaient dans les orgies les plus éffrenées, au cour de nuits où la flagellation le disputait à la fornication bestiale.

Au sommet de l’ivresse, au moment précis et superbe où elle touche au mystique, Ivan Gyediminovitch croyait voir assemblé devant lui le tribunal de de ses ancêtres, Pocha (ou peut-être Proussla), Gyedimine et les autres, et il craignait de devoir y comparaitre sans avoir rien fait de notable pour la gloire de sa Maison.

Il n’y avait nulle autre cause à la peur panique de la mort qui l’habitait constamment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Principauté de Sousdalie   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Principauté de Sousdalie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Sainte Russlavie 1609 :: Société :: A travers le pays... :: Principauté de Dourakovo-
Sauter vers: